• Retour à Brixton beach (lecture)

    Bonjour,

     

    Aujourd'hui, je vous présente un livre que j'ai fini il y a quelques jours.

    Je vous l'avais déjà montré quand je l'avais acheté.

    Retour à Brixton beach (lecture)

     

    RESUME :

    Ceylan, 1973. Alice, 9 ans, aimait par-dessus tout être à Sea House, la maison de ses grands-parents au bord de l'Océan, et marcher sur le sable blanc de Brixton Beach avec Bee, son grand père.

    Et puis la guerre civile a éclaté, opposant les Tamouls aux Cinghalais.

    Les parents d'Alice, Stanley (Tamoul) et Sita (Cinghalaise), ont décidé qu'il était temps pour eux de quitter le paradis marin de la fillette et de se réfugier en Grande-Bretagne, loin de Bee, loin de Sea House.

    Dans un paysage froid et hostile, Alice tente de se reconstruire et fait de l'art le support de ses passions et l'horizon de son bonheur.

    Jusqu'à ce matin de juillet 2005, où la violence croise à nouveau son chemin...

    *******************************************************************************

    EXTRAIT :

    L'après-midi du dernier jour, Bee emmena Alice acheter du poisson. Les pêcheurs qui vendaient leurs prises étaient arrivés sur la plage, leurs énormes paniers plats sur la tête, une nuée de mouettes dans leur sillage.

    "Vous allez d'abord voguer le long de l'équateur, puis vous virerez vers des eaux plus froides" lui expliqua Bee. Et il ajouta en désignant l'horizon :

    "Demain, tu seras arrivée là-bas. Et moi, je serai ici, à la même heure, et j'attendrai de te voir passer.

    - Je te ferai un grand signe", dit Alice, et il hocha la tête.

    Ils étaient bien décidé l'un et l'autre à s'agripper aux rares certitudes qui leur venaient à l'esprit.

    Alice luttait contre la panique. C'était très simple : elle ne voulait pas aller en Angleterre. Elle poussa au tréfonds d'elle-même un cri qui ne franchit pas le seuil de ses lèvres. Puis lui parvint la vois très lointaine de son grand-père :

    "moi aussi" dit-il, assez sérieusement.

    Quelquechose empêchait Alice de respirer. Le regard de Bee resta focalisé un instant sur son visage avant de se porter sur l'océan derrière elle.

    "Je reviendrai" réaffirma-t-elle, l'estomac serré par un malaise qui tournait à l'angoisse, car Bee paraissait soudain irrévocablement vieux. "Tu verras".

    ********************

    (La première nuit d'Alice en Angleterre)

    Dans sa minuscule chambre mansardée au papier peint décoloré, Alice était étendue sur son lit, les yeux ouverts dans l'obscurité. La pluie ruisselait à gouttes légères le long de la vitre et elle entendit une fois ou deux des pneus crisser. La lumière d'un réverbère brillait à travers les zones élimées du rideau si bien qu'Alice, en bougeant, pouvait apercevoir la condensation sur le rebord de la fenêtre. Il faisait froid dans la chambre. Lorqu'un frisson la parcourut, elle tira l'édredon rose jusque sous son nez. Elle était loin de ses parents ; elle n'avait jamais été aussi loin de son entourage. Et elle n'avait jamais été aussi loin de la mer. Alors elle sentit la douleur de l'absence de son grand-père lui gonfler le coeur.

    "Je veux rentrer à la maison !" marmonna-t-elle, et les larmes coulaient lentement, goutte à goutte, de ses tempes sur l'oreiller. "Je veux être avec lui".

    *******************************************************************************

    MON AVIS

    Très beau livre divisé en quatre parties  intitulées : Bel canto - Inferno - Purgatorio - Bel canto, qui relate les 4 parties importantes de la vie d'Alice.

    La première partie (assez longue, plus de 300 pages) est celle que j'ai préférée parce-qu'elle nous décrit la vie d'Alice petite fille, à Ceylan, auprès de ses parents mais surtout, de son grand-père qui vit au bord de la plage avec sa femme et sa fille cadette May. Les décors sont bien décrits et on ressent les odeurs, on voit les couleurs ("la mer était une couche de saphirs écrasés"), on découvre un cadre idyllique malgré le passage du train express. Une longue plage de sable blanc où la mer turquoise change de couleur selon l'heure du jour. La plage, jonchée de débris de bois qu'Alice ramasse pour en faire des objets, le manguier dans le jardin, les bougainvillées rose vif.

    On découvre la difficulté de vivre à Ceylan quand c'est la guerre entre Tamouls et Cinghalais, et qu'on a un père Tamoul, et une mère Cinghalaise. La seule solution, quitter ce paradis avec toutes les douleurs psychologiques que cela implique...

    Les dernières parties racontent l'arrivée, puis la vie à Londres. Et là forcément, plus de plage, plus de mer turquoise ou de fleurs exotiques. La pluie, le petit appartement sombre et miteux, la difficulté de s'intégrer pour une famille étrangère dans cette nouvelle vie.

    Mais c'est vraiment intéressant de partager leur vie, leurs difficulté et les rares bonheurs qu'ils peuvent tirer de cette vie là.

    Alors oui, j'ai beaucoup aimé ce livre. Il m'a fait voyager, découvrir une partie du monde que je ne connaissais pas. Un très beau livre, mais attention, ne pas s'attendre à une fin à l'eau de rose, c'est un livre triste...

     

    MA NOTE :

    4 sur 5


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Lavieillechouette
    Mardi 6 Août 2013 à 20:56

    Merci pour la présentation de ce livre, ton avis est intéressant et ces journées chaudes sont propices à la lecture..... Bises, Martine

    2
    carole960
    Mercredi 7 Août 2013 à 11:04

    Il a l'air bien interressant ce livre..... merci pour cette présentation.....

    Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :